• Chapitre 2: La surprise de Dorémi

    - Intrigue de début d’épisode -

    C'est la nuit. Dorémi est allongée dans son lit et rêve. Elle voit Loulou et Mindy qui s'éloignent à chaque fois qu'elle s'avance vers elles, mais finissent par disparaître. Elle se retourne et voit Emilie et Sophie qui s'éloignent aussi dans l'obscurité.

    "Emilie! Sophie! Je vous en pris, attendez-moi! Ne me laissez-pas..."

    - Générique -

    C'est le deuxième jour de classe pour Dorémi. Comme hier, elle marche, d'un air triste, sur le chemin de sa nouvelle école, tout en regardant autour d'elle les autres élèves en train de s'amuser et rire.

    Elle soupire et songe: "Ils ont de la chance d'être avec leurs amis. Pourquoi moi, je ne suis pas avec les miennes? J'ai toujours été une gentille petite fille pourtant. Alors pourquoi est-ce que je suis toute seule? Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça?"

    "Dorémi!"

    Dorémi s'arrêta net, comme paralysée de son corps.

    Dorémi (en pensée): "Je... je connais cette voix. C'est celle de... Non, ce n'est pas possible. Je ne dois pas y croire. Ce n'est que mon imagination."

    "Dorémi!"

    Dorémi ressentit comme un frisson qui traversa de nouveau tout son corps. Cette fois, elle était sûre de ce qu'elle avait entendu et de la personne qui avait prononcé son nom. Elle se retourna et vit à peine le visage de Sophie que cette dernière se jeta dans ses bras pour l'enlacer. Oui c'était elle, Sophie, son amie de toujours, sa précieuse amie, sa meilleure amie.

    Sophie: "Dorémi, tu m'as tellement manqué."

    Dorémi: "So... Sophie."

    Elle ne put s'empêcher de fondre en larmes en voyant que Sophie était là, en train de l'enlacer, elle était là, elle était vraiment là, rien que pour elle, rien que pour la voir, rien que pour être avec elle. Sophie essaya de retenir ses larmes mais elle ne put lutter contre ce bonheur immense de revoir son amie.

    Sophie: "Dorémi, je ne te laisserai plus jamais seule. Je te le promets."

    A ses mots, Dorémi se posa mille et une questions mais elle ne voulut pour rien au monde interrompre ce moment. Ce moment merveilleux où son amie était venue pour elle, pour lui dire qu'elle ne la laisserait plus jamais seule, pour lui dire qu'elle serait toujours là pour elle. Elle l'avait promis. Ces mots se répétèrent en boucle dans sa tête, si bien qu'elle la serra plus fort dans ses bras, de peur de la laisser partir. Elle ne voulait plus qu'elle parte. Elle ne voulait plus qu'elle s'en aille. Elle ne voulait plus la quitter. La douleur avait été trop intense ces derniers jours, pour la laisser partir une nouvelle fois. En sentant les larmes de Dorémi qui coulaient sur son épaule, Sophie ressentit tout le désespoir, la mélancolie et la souffrance que son amie avait accumulés depuis... Elle s'en voulut encore plus de l'avoir laissée et pleura toutes les larmes qu'elle avait réussies à retenir jusqu'à présent.

    Sophie: "Je t'en pris Dorémi, arrête de pleurer."

    Elle voulut arrêter de pleurer mais ce trop d'émotion l'empêchait même de parler pour lui expliquer à quel point elle était heureuse de la retrouver, elle, sa précieuse amie, sa Sophie, celle qui est revenue pour elle, celle qui lui a fait la promesse de ne plus jamais la quitter. Elle avait déjà imaginé ce scénario tellement de fois dans sa tête en ayant à chaque fois aucun espoir qu'il se réalise. Elle avait déjà imaginé tant de fois ce moment de retrouvailles. Ce moment où Sophie la prendrait dans ses bras, qu'elle lui dirait qu'elle lui a manqué et qu'elle ne la laisserait plus jamais seule. Exactement pareil que ce qu'elle avait imaginé. Exactement comme ce qui s'était passé. Sauf que cette fois-ci, ce n'était plus un rêve, c'était devenu réel et pourtant, paressait tellement incroyable aux yeux de Dorémi. Cette fois-ci, c'était différent car Sophie ne partirait pas comme dans son rêve. Cette fois-ci, elle resterait avec elle. Elle lui avait promis. Cette fois-ci, c'était différent car elle avait retrouvé quelque chose qu'elle avait perdue, elle avait retrouvé l'espoir et la joie de vivre.

    Elle était encore perdue entre cette mélancolie et cette souffrance qui partaient à chaque instant un peu plus et ce bonheur, cette joie, cet espoir, cette amitié, ce goût pour la vie qu'elle retrouvait un peu plus à chaque instant. Elle avait déjà été si longtemps loin d'elle, que chaque seconde de ce moment inoubliable comptait énormément à ses yeux. Quand Sophie remarqua que Dorémi devenait de plus en plus apaisée, elle lui dit d'une voix très calme:

    Sophie: "Tu te rappelles ce jour où je t'avais appelé parce que j'étais perdue?"

    Dorémi: "Ce... ce jour où tu as appris que tes parents allaient se remettre ensemble?"

    Sophie: "Oui. Mais ils n'ont pas pu car ma mère devait s'occuper de mon grand-père. Après cela, j'étais perdue et frustrée. J'aurais même pu utiliser la magie pour qu'on puisse revivre tous ensemble, alors que c'était interdit. Mais toi Dorémi, tu as su m'aider à me relever quand j'étais perdue. Tu as su me redonner espoir quand j'en avais le plus besoin. Tu as su être là quand j'étais seule. Et tu as su m'aider à accomplir mon rêve, celui que mes parents se remettent ensemble. Celui que j'attendais depuis tellement longtemps."

    Dorémi la regarda dans les yeux et vit le reflet de ses larmes.

    Dorémi: "Sophie."

    Sophie la reprit de nouveau dans ses bras. Toute la mélancolie de Dorémi était passée sur les épaules de Sophie.

    Sophie: "Et pour ça, je t'en serais éternellement reconnaissante."

    Une fois qu'elle eut finit de l'enlacer, elle lui dit:

    Sophie: "Dorémi, excuse-moi. Excuse-moi de t'avoir laissée."

    Dorémi: "Sophie, ce n'est pas de ta faute. Tu sais très bien que tu devais aller vivre à Osaka avec tes parents."

    Sophie: "C'est vrai mais tu sais... Depuis que mes parents s'étaient séparés, j'ai toujours ressenti un vide dans mon cœur. Je pensais que jamais il ne pourrait être comblé. Pourtant, quand mes parents se sont remis ensemble, j'ai eu l'impression que ce vide que je ressentais depuis tant d'années s'était enfin refermé. J'ai cru que je pourrais ressentir à nouveau ce bonheur que j'avais fini par enterrer au plus profond de mon cœur. Le bonheur que j'avais quand j'étais petite, quand j'étais avec mes parents, tous les trois réunis. Ce bonheur auquel je tenais énormément. Je le considérais comme mon souvenir le plus précieux car il me rappelait quand nous étions ensemble." Ses larmes qu'elle avait réussi à contrôler jusque là, s'écoulèrent sur ses joues. "Mais je me suis vite aperçue que rien ne pourrait plus jamais être pareil sans toi... Ce vide que je ressentais dans mon cœur ne m'a jamais quitté. Il a toujours existé et il existerait sûrement encore aujourd'hui si je n'étais pas auprès de toi maintenant."

    Dorémi la prit dans ses bras.

    Dorémi: "So... Sophie."

    Sophie se redressa, essuya de nouveau ses larmes, sourit, prit la main de son amie et courut jusqu'à l'école de Dorémi, qui était désormais aussi sa nouvelle école. Dorémi se laissa faire. Elle voulut lui poser toutes les questions qui se bousculaient dans sa tête mais beaucoup de temps avait passé depuis leur retrouvaille et elle en ignorait précisément la durée. Une chose était sûre à ses yeux, elles étaient toutes les deux en retard puisque aucun élève n'était dehors. Il n'y avait même personne, à part elles deux, comme seules au monde.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :